Affichage des articles dont le libellé est anatomie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est anatomie. Afficher tous les articles

Anatomie de la glande prostatique

la glande prostatique
Anatomie de la glande prostatique
Faits sur la prostate
La prostate a environ la taille d'une noix. Il est situé juste en dessous de la vessie et entoure l'urètre. C'est un tube qui transporte l'urine et le sperme hors du corps. La prostate est en partie musculaire et en partie glandulaire. Il a des conduits qui s'ouvrent dans la partie prostatique de l'urètre. Il est composé de 3 lobes: un lobe central avec 1 lobe de chaque côté.
Fonction de la prostate
Dans le cadre de l'appareil reproducteur masculin, le but principal de la prostate est de sécréter un fluide légèrement alcalin qui fait partie du liquide séminal. C'est le fluide qui transporte les spermatozoïdes. Lors de l'apogée masculine (orgasme), les glandes musculaires de la prostate aident à propulser le liquide prostatique, en plus des spermatozoïdes produits dans les testicules, dans l'urètre. Le sperme quitte alors le corps à travers la pointe du pénis pendant l'éjaculation.
Vue latérale de la prostate
La prostate est une glande de la taille d'une noix située entre la vessie et le pénis. La prostate est juste devant le rectum. L'urètre traverse le centre de la prostate, de la vessie au pénis, laissant l'urine s'écouler du corps..
La prostate sécrète un liquide qui nourrit et protège le sperme. Pendant l'éjaculation, la prostate serre ce liquide dans l'urètre et l'expulse avec du sperme comme sperme.
Les vasa deferentia (singulier: vas deferens) apportent le sperme des testicules aux vésicules séminales. Les vésicules séminales contribuent au liquide du sperme pendant l'éjaculation.
Conditions de la prostate
Prostatite : Inflammation de la prostate, parfois causée par une infection. Dans certains cas, il est traité avec des antibiotiques.
Prostate agrandie : appelée hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP, la croissance de la prostate touche pratiquement tous les hommes de plus de 50 ans. Les symptômes de la miction difficile ont tendance à augmenter avec l'âge. Les médicaments ou la chirurgie peuvent traiter l'HBP.
Cancer de la prostate : Il s'agit de la forme de cancer la plus répandue chez l'homme (en dehors du cancer de la peau), mais seul un homme sur 35 meurt du cancer de la prostate. La chirurgie, la radiothérapie, l'hormonothérapie et la chimiothérapie peuvent être utilisées pour traiter le cancer de la prostate. Certains hommes choisissent de retarder le traitement, ce qui s'appelle l'attente vigilante.
Tests de prostate
Examen rectal digital (DRE) : Un médecin insère un doigt ganté et lubrifié dans le rectum et sent la prostate. Une ERD peut parfois détecter une hypertrophie de la prostate, des bosses ou des nodules de cancer de la prostate ou une sensibilité à la prostatite.
Antigène spécifique de la prostate (PSA) : La prostate produit une protéine appelée PSA, qui peut être mesurée par un test sanguin. Si le taux de PSA est élevé, le cancer de la prostate est plus probable, mais une hypertrophie de la prostate peut également provoquer un taux élevé de PSA.
Échographie de la prostate (échographie transrectale) : Une sonde à ultrasons est insérée dans le rectum, le rapprochant de la prostate. L'échographie est souvent réalisée avec une biopsie pour détecter le cancer de la prostate.
Biopsie de la prostate : Une aiguille est insérée dans la prostate pour prélever des tissus afin de détecter le cancer de la prostate. Cela se fait généralement par le rectum.
Traitements de la prostate
Traitement élargi de la prostate
Alpha-bloquants : Les alpha-bloquants détendent les muscles entourant l'urètre chez les hommes présentant des symptômes d'une hypertrophie de la prostate. L'urine s'écoule alors plus librement.
Inhibiteurs de la 5-alpha-réductase : ces médicaments réduisent le taux d'une certaine forme de testostérone (DHT). La prostate se contracte lorsque moins de DHT est présente, ce qui améliore le flux urinaire.
Chirurgie pour une hypertrophie de la prostate : En général, les médicaments résolvent les symptômes d'une hypertrophie de la prostate, mais certains hommes ont besoin d'une intervention chirurgicale pour améliorer les symptômes et prévenir les complications.
Symptômes et causes de la prostate agrandie
Chez les hommes, l'urine s'écoule de la vessie par l'urètre. L'HBP est une hypertrophie bénigne (non cancéreuse) de la prostate qui bloque la circulation de l'urine dans l'urètre. Les cellules de la prostate se multiplient progressivement, créant une hypertrophie qui exerce une pression sur l'urètre - la "chute" par laquelle l'urine et le sperme quittent le corps.
À mesure que l'urètre se rétrécit, la vessie doit se contracter plus fortement pour pousser l'urine à travers le corps.
Au fil du temps, le muscle de la vessie peut progressivement devenir plus fort, plus épais et trop sensible; il commence à se contracter même s'il contient de petites quantités d'urine, ce qui oblige à uriner fréquemment. En fin de compte, le muscle de la vessie ne peut pas surmonter l'effet de l'urètre rétréci, de sorte que l'urine reste dans la vessie et qu'elle n'est pas complètement vidée.
Les symptômes de l'hypertrophie de la prostate peuvent inclure:
Un flux urinaire faible ou lent
Un sentiment de vidange incomplète de la vessie
Difficulté à commencer la miction
Urination fréquente
Urgence à uriner
Se lever souvent la nuit pour uriner
Un flux urinaire qui commence et s'arrête
Tendre à uriner
Dribbler continuellement de l'urine
Revenir pour uriner encore quelques minutes après avoir fini
Lorsque la vessie ne se vide pas complètement, vous risquez de développer des infections des voies urinaires . D'autres problèmes graves peuvent également se manifester avec le temps, notamment les calculs de la vessie, le sang dans l'urine , l' incontinence et la rétention urinaire aiguë (incapacité d'uriner). Une incapacité soudaine et complète à uriner est une urgence médicale; vous devriez voir votre médecin immédiatement. Dans de rares cas, l' HBP peut entraîner des lésions de la vessie et / ou des reins

Les utilisations des cellules souches humaines

Quelles sont les utilisations potentielles des cellules souches humaines et les obstacles qui doivent être surmontés avant que ces utilisations potentielles seront réalisées?
Il existe de nombreuses façons dont les cellules souches humaines peuvent être utilisées dans la recherche et la clinique. Des études sur les cellules souches embryonnaires humaines donneront des informations sur les événements complexes qui se produisent au cours du développement humain. Un objectif principal de ce travail est d'identifier comment indifférenciée cellules souches deviennent des cellules différenciées qui forment les tissus et organes. Les scientifiques savent que la rotation des gènes sur et en dehors est au centre de ce processus. Certaines des conditions médicales les plus graves, comme le cancer et les anomalies congénitales, sont dues à des anomalies de la division cellulaire et la différenciation. Une compréhension plus complète des contrôles génétiques et moléculaires de ces processus peut fournir des renseignements sur la façon dont ces maladies se posent et de proposer de nouvelles stratégies pour la thérapie. Contrôler la prolifération Prévisible et la différenciation cellulaire nécessite des recherches supplémentaires de base sur les signaux moléculaires et génétiques qui régulent la division cellulaire et de la spécialisation. Alors que les développements récents avec des cellules iPS suggèrent certains des facteurs spécifiques qui peuvent être impliqués, les techniques doivent être conçues pour introduire ces facteurs en toute sécurité dans les cellules et contrôler les processus qui sont induits par ces facteurs.
Les cellules souches humaines sont actuellement utilisées pour tester de nouveaux médicaments. De nouveaux médicaments sont testés pour la sécurité sur les cellules différenciées provenant humaines pluripotentes lignées cellulaires. D’autres types de lignées cellulaires ont une longue histoire d'être utilisé de cette façon. Des lignées de cellules cancéreuses, par exemple, sont utilisées pour cribler des médicaments potentiels anti-tumoraux. L'existence de cellules souches pluripotentes permettrait le dépistage de drogues dans un large éventail de types cellulaires. Cependant, pour dépister les drogues de manière efficace, les conditions doivent être identiques lorsque l'on compare les différents médicaments. Par conséquent, les chercheurs doivent être en mesure de contrôler avec précision la différenciation des cellules souches dans le type cellulaire spécifique sur lequel les médicaments sont testés. Pour certains types de cellules et tissus, les connaissances actuelles des signaux contrôlant la différenciation est loin d'être en mesure d'imiter ces conditions précisément pour générer de spopulations pures de cellules différenciées pour chaque médicament testé.
Peut-être le potentiel d’application le plus important de cellules souches humaines est la génération de cellules et tissus qui pourraient être utilisés pour des thérapies àbase de cellules. Aujourd'hui, les organes et les tissus donnés sont souvent utilisés pour remplacer le tissu malade ou détruit, mais la nécessité pour les tissus et organes transplantables dépasse de loin l'offre disponible. Les cellules souches, dirigées à se différencier en des types cellulaires spécifiques, offrent la possibilité d'une source renouvelable de cellules et tissus de remplacement pour traiter les maladies , y compris la dégénérescence maculaire, une lésion de la moelle épinière, accident vasculaire cérébral, les brûlures, les maladies cardiaques, le diabète, l' arthrose et la polyarthrite rhumatoïde.
Par exemple, il peut devenir possible de générer des cellules du muscle cardiaque en bonne santé dans le laboratoire, puis transplanter ces cellules chez des patients atteints d’une maladie cardiaque chronique. Des recherches préliminaires chez des souris et d'autres animaux indiquent que les cellules stromales de la moelle osseuse, transplantées dans un cœur endommagé, peut avoir des effets bénéfiques. Que ces cellules peuvent générer des cellules musculaires cardiaques ou stimuler la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins qui repeupler le tissu cardiaque, ou aider par l'intermédiaire d’un autre mécanisme est activement à l'étude. Par exemple, les cellules injectées peuvent accomplir la réparation en sécrétant des facteurs de croissance, plutôt que de réellement intégrer dans le cœur. Des résultats prometteurs provenant d'études animales ont servi de base pour un petit nombre d'études exploratoires chez l'homme (pour la discussion, voir call-out boîte, " Les cellules souches peuvent réparer un cœur brisé?»). D’autres études récentes dans la culture cellulaire des systèmes indiquent qu'il est possible de diriger la différenciation des cellules souches embryonnaires ou des cellules de moelle osseuse adulte dans les cellules du muscle cardiaque 
Les cellules souches peuvent Mend les cellules souches d'un coeur brisé pour le traitement futur des maladies cardiovasculaires
Les maladies cardiovasculaires (MCV), qui inclut l'hypertension, maladie coronarienne, accident vasculaire cérébral et l'insuffisance cardiaque congestive, a classé comme la première cause de décès aux États-Unis chaque année depuis 1900, sauf 1918, quand la nation a lutté avec une épidémie de grippe. Près de 2.600 Américains meurent de maladies cardiovasculaires chaque jour, environ une personne toutes les 34 secondes. Compte tenu du vieillissement de la population et les augmentations récentes relativement spectaculaires dans la prévalence des facteurs de risque cardiovasculaires comme l'obésité et le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires sera un problème de santé important dans le 21e siècle.
Les maladies cardiovasculaires peut priver le tissu cardiaque d'oxygène, tuant ainsi les cellules musculaires cardiaques (cardiomyocytes). Cette perte déclenche une cascade d'événements néfastes, y compris la formation de tissu cicatriciel, une surcharge du flux sanguin et de la capacité de pression, le sur étirage des cellules cardiaques viables qui tentent de maintenir le débit cardiaque, conduisant à une insuffisance cardiaque et la mort éventuelle. Restaurer endommagé tissus du muscle cardiaque, par la réparation ou de régénération, est donc potentiellement nouvelle stratégie pour traiter l'insuffisance cardiaque.
L'utilisation de cellules souches embryonnaires et adultes dérivées pour la réparation cardiaque est un domaine de recherche actif. Un certain nombre de types de cellules souches, y compris des cellules souches embryonnaires (ES), les cellules souches cardiaques qui réside naturellement dans le cœur, les myoblastes (cellules souches musculaires), les cellules adultes de moelle osseuse dérivées , y compris les cellules mésenchymateuses (cellules dérivées de la moelle osseuse qui donnent naissance des tissus tels que les muscles, les os, les tendons, les ligaments et les tissus adipeux), des cellules progénitrices endothéliales (cellules qui donnent lieu à l'endothélium, le revêtement intérieur des vaisseaux sanguins), et des cellules de sang de cordon ombilical , ont été étudiés comme sources possibles pour la régénération du tissu cardiaque endommagé. Tous ont été explorés dans des modèles de souris ou de rat, et certains ont été testés dans des modèles animaux plus grands, tels que les porcs.
Quelques petites études ont également été menées chez l'homme, généralement chez des patients qui subissent une chirurgie à cœur ouvert. Plusieurs d'entre eux ont démontré que les cellules souches qui sont injectées dans la circulation, soit directement dans les tissus cardiaques lésés semblent améliorer la fonction cardiaque et / ou d'induire la formation de nouveaux capillaires. Le mécanisme de cette réparation reste controversée, et les cellules souches susceptibles de régénérer les tissus cardiaques par plusieurs voies. Cependant, les populations de cellules souches qui ont été testées dans ces expériences sont très variables, comme le font les conditions de leur purification et leur application. Bien que beaucoup plus de recherches sont nécessaires pour évaluer la sécurité et d'améliorer l'efficacité de cette approche, ces expériences cliniques préliminaires montrent comment les cellules souches pourraient un jour être utilisés pour réparer les tissus cardiaques endommagés, réduisant ainsi le fardeau des maladies cardiovasculaires.
Chez les personnes qui souffrent de diabète de type 1, les cellules du pancréas qui produisent normalement l'insuline sont détruites par le système immunitaire du patient. De nouvelles études indiquent qu'il est possible de diriger la différenciation des cellules souches embryonnaires humaines en culture cellulaire pour former des cellules productrices d'insuline qui pourraient éventuellement être utilisés dans une thérapie de transplantation pour les personnes atteintes de diabète.
Pour réaliser la promesse de nouvelles thérapies à base de cellules pour des maladies répandues et débilitantes, les scientifiques doivent être capables de manipuler des cellules souches afin qu'ils possèdent les caractéristiques nécessaires à la différenciation réussie, la transplantation et la greffe. Ce qui suit est une liste d'étapes dans les traitements à base de cellules de succès que les scientifiques devront apprendre à contrôler pour apporter de tels traitements à la clinique. Pour être utile à des fins de transplantation, les cellules souches doivent être reproductible adressées à:
Proliférez abondamment et de générer des quantités suffisantes de cellules pour la fabrication de tissus.
Se différencier dans le type cellulaire souhaité (s).
Survive chez le receveur après la transplantation.
Intégrer dans le tissu environnant après la transplantation.
Fonctionner de façon appropriée pendant la durée de la vie du receveur.
Éviter de nuire à l'acquéreur d'aucune façon.
En outre, pour éviter le problème de rejet immunitaire, les scientifiques font des expériences avec différentes stratégies de recherche pour générer des tissus qui ne seront pas rejetées.
Pour résumer, les cellules souches offrent la promesse excitante pour les thérapies futures, mais d'importants obstacles techniques restent que seuls seront surmontées par des années de recherche intensive.

Les cellules souches pluripotentes induites (CISP)

Les cellules souches pluripotentes induites (CISP) sont des cellules adultes qui ont été génétiquement reprogrammées à un état de cellules souches embryonnaires comme en étant forcé d'exprimer des gènes et des facteurs importants pour maintenir les propriétés qui définissent les cellules souches embryonnaires. Bien que ces cellules répondent aux critères qui définissent les cellules souches pluripotentes, on ne sait pas si iPSCs et des cellules souches embryonnaires diffèrent de façon cliniquement significative. CSPi souris ont été rapportées en 2006 et CSPi humaines ont été rapportées à la fin de 2007. Souris CSPi démontrent des caractéristiques importantes des cellules souches pluripotentes, y compris l’expression des marqueurs de cellules souches, formant des tumeurs contenant des cellules des trois couches germinales, et être en mesure de contribuer à de nombreux tissus différents lorsqu'elles sont injectées dans des embryons de souris à un stade très précoce du développement. CSPi humaines expriment également des marqueurs de cellules souches et sont capables de générer des cellules caractéristiques des trois couches germinales.
Bien que des recherches supplémentaires sont nécessaires, CSPi sont déjà des outils utiles pour le développement de médicaments et la modélisation des maladies, et les scientifiques espèrent les utiliser dans la médecine de transplantation. Les virus sont actuellement utilisés pour introduire les facteurs de reprogrammation en cellules adultes, et ce processus doivent être soigneusement contrôlés et testés avant la technique peut conduire à un traitement utile pour les humains. Dans les études animales, le virus utilisé pour introduire les facteurs de cellules souches provoque parfois des cancers. Les chercheurs étudient actuellement des stratégies de livraison non virale. Dans tous les cas, cette découverte révolutionnaire a créé un nouveau moyen puissant de cellules "de-différencier les" dont les destins de développement avait été supposé précédemment à déterminer. En outre, les tissus dérivés de CSPi seront un match presque identique au donneur de cellules et donc probablement éviter le rejet par le système immunitaire. La stratégie iPSC crée des cellules souches pluripotentes qui, en même temps que l'étude d'autres types de cellules souches pluripotentes, aideront les chercheurs à apprendre à reprogrammer les cellules pour réparer les tissus endommagés dans le corps humain.

Les similitudes et les différences des cellules souches?

les cellules souches embryonnaires  et adultes humaines ont chacun des avantages et des inconvénients en ce qui concerne l’utilisation potentielle pour les thérapies régénératrices à base de cellules. Une différence majeure entre les adultes et les cellules souches embryonnaires est leurs capacités différentes dans le nombre et le type de types de cellules différenciées qu'ils peuvent devenir. Les cellules souches embryonnaires peuvent devenir tous les types de cellules du corps , car ils sont pluripotentes . Les cellules souches adultes sont censées être limités à se différencier en types de leur tissu d'origine de cellules différentes.
Les cellules souches embryonnaires peuvent être cultivées relativement facilement dans la culture. Les cellules souches adultes sont rares dans les tissus matures, afin d’isoler ces cellules à partir d’un tissu adulte est difficile, et les méthodes pour élargir leur nombre dans la culture cellulaire n'a pas encore été élaboré. Cette distinction est importante, car un grand nombre de cellules sont nécessaires pour les thérapies de remplacement de cellules souches.
Les scientifiques croient que les tissus dérivés de cellules souches embryonnaires et adultes peuvent différer de la probabilité d'être rejeté après la transplantation. Nous ne savons pas encore avec certitude si les tissus dérivés de cellules souches embryonnaires pourraient causer le rejet de greffe, puisque relativement peu d'essais cliniques  ont testé la sécurité des cellules transplantées dérivées de CSEh.
Les cellules souches adultes et des tissus dérivés, seraient actuellement moins susceptibles de déclencher un rejet après la transplantation. En effet, les propres cellules d'un patient peuvent être développées en culture, amenées à l’hypothèse d'un type cellulaire spécifique (différenciation), puis réintroduites dans le patient. L'utilisation de cellules et de tissus souches adultes dérivées à partir des cellules souches adultes du patient, cela signifierait que les cellules sont moins susceptibles d'être rejetées par le système immunitaire. Ceci représente un avantage important, car le rejet immunitaire peut être contourné que par une administration continue de médicaments immunosuppresseurs et les médicaments eux - mêmes peuvent provoquer des effets secondaires délétères.

Les cellules souches adultes?

Une cellule souche adulte est pensé pour être un indifférencié cellulaire, trouvé parmi des cellules différenciées dans un tissu ou un organe. La cellule souche adulte peut se renouveler et peuvent se différencier pour donner une partie ou l’ensemble des principaux types de tissu ou d'un organe de cellules spécialisées. Les rôles principaux de cellules souches adultes dans un organisme vivant sont de maintenir et réparer le tissu dans lequel ils se trouvent. Les scientifiques utilisent aussi le terme cellules souches somatiques au lieu de cellules souches adultes, où somatique fait référence aux cellules du corps (pas les cellules germinales, spermatozoïdes ou ovules). A la différence des cellules souches embryonnaires, qui sont définies par leur origine (cellules provenant du pré - implantation -stage embryon), l'origine des cellules souches adultes dans certains tissus matures est encore à l'étude.
La recherche sur les cellules souches adultes a suscité beaucoup d'enthousiasme. Les scientifiques ont découvert des cellules souches adultes dans de nombreux autres tissus qu'ils pensaient une fois possible. Cette constatation a conduit les chercheurs et les cliniciens de se demander si les cellules souches adultes pourraient être utilisées pour des transplantations. En effet, hématopoïétique adulte ou, de cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse ont été utilisées dans les greffes depuis plus de 40 ans. Les scientifiques ont maintenant la preuve que les cellules souches existent dans le cerveau et le cœur, deux endroits où ne sont pas au premier abord attendre les cellules souches adultes à résider. Si la différenciation des cellules souches adultes peut être contrôlée en laboratoire, ces cellules peuvent devenir la base de thérapies à base de transplantation.
L'histoire de la recherche sur les cellules souches adultes a commencé il y a plus de 60 ans. Dans les années 1950, les chercheurs ont découvert que la moelle osseuse contient au moins deux types de cellules souches. Une population, dite de cellules souches hématopoïétiques, forme tous les types de cellules du sang dans le corps. Une deuxième population, appelées cellules souches stromales de moelle osseuse (également appelées cellules souches mésenchymateuses ou des cellules souches osseuses par certains), on a découvert quelques années plus tard. Ces cellules souches non hématopoïétiques représentent une faible proportion de la cellule stromale population de la moelle osseuse et les cellules peuvent produire des os, du cartilage, la graisse et qui supportent la formation du sang et du tissu conjonctif fibreux.
Dans les années 1960, les scientifiques qui étudiaient les rats ont découvert deux régions du cerveau qui contenaient des cellules qui finissent par devenir des cellules nerveuses de division. En dépit de ces rapports, la plupart des scientifiques croyaient que le cerveau adulte ne pouvait pas générer de nouvelles cellules nerveuses. Il a fallu attendre les années 1990 que les scientifiques ont convenu que le cerveau adulte contient des cellules souches qui sont capables de générer des trois grandes cellules types- du cerveau astrocytes et oligodendrocytes, qui sont des cellules non-neuronales, et les neurones, ou cellules nerveuses.
A. Où sont les cellules souches adultes ont trouvé, et que font-ils normalement?
Les cellules souches adultes ont été identifiés dans de nombreux organes et tissus, y compris le cerveau, la moelle osseuse, du sang périphérique, des vaisseaux sanguins, des muscles squelettiques, la peau, les dents, le cœur, l'intestin, du foie, de l'épithélium des ovaires et des testicules. Ils sont censés résider dans une zone spécifique de chaque tissu (appelé «tige niche de cellules"). Dans de nombreux tissus, les données actuelles suggèrent que certains types de cellules souches sont des pericytes, des cellules qui composent la couche la plus externe des petits vaisseaux sanguins. Les cellules souches peuvent rester au repos (sans séparation) pendant de longues périodes de temps jusqu'à ce qu'ils soient activés par un besoin normal pour plus de cellules pour maintenir les tissus ou par une maladie ou une lésion tissulaire.
En règle générale, il existe un très petit nombre de cellules souches dans chaque tissu et, une fois retirées du corps, leur capacité à se diviser est limitée, ce qui rend la production de grandes quantités de cellules souches difficiles. Les scientifiques dans de nombreux laboratoires tentent de trouver de meilleures façons de cultiver de grandes quantités de cellules souches adultes dans la culture de cellules et de les manipuler pour générer des types cellulaires spécifiques afin qu'ils puissent être utilisés pour traiter une blessure ou d'une maladie. Quelques exemples de traitements potentiels incluent régénération osseuse en utilisant des cellules dérivées de stroma de la moelle osseuse, le développement de cellules productrices d'insuline pour le diabète de type 1, et la réparation de muscle cardiaque endommagé suite à une crise cardiaque avec des cellules du muscle cardiaque.
B. Quels tests sont utilisés pour identifier les cellules souches adultes?
Les scientifiques utilisent souvent une ou plusieurs des méthodes suivantes pour identifier les cellules souches adultes: 
1) étiqueter les cellules dans un tissu vivant avec des marqueurs moléculaires, puis de déterminer les types de cellules spécialisées qu'ils génèrent; 
(2) éliminer les cellules d'un animal vivant, les étiqueter en culture cellulaire, et de les transplanter de nouveau dans un autre animal pour déterminer si les cellules remplacent (ou «repeupler») leur tissu d'origine.
Fait important, les scientifiques doivent démontrer qu'une seule cellule souche adulte peut générer une lignée de cellules génétiquement identiques qui donne alors lieu à tous les types de cellules différenciées appropriées du tissu. Pour confirmer expérimentalement qu'une cellule souche adulte putative est en effet une cellule souche, les scientifiques ont tendance à montrer soit que la cellule peut donner lieu à ces cellules génétiquement identiques à la culture, et / ou une population purifiée de ces cellules souches candidat peut repeupler ou la réforme le tissu après la greffe dans un animal.
C. Que sait la différenciation des cellules souches adultes?
Comme indiqué plus haut, les chercheurs ont rapporté que des cellules souches adultes se produisent dans de nombreux tissus et qu'ils entrent normalement différenciation des voies pour former les types de cellules spécialisées du tissu dans lequel elles résident.
Voies de différenciation normale des cellules souches adultes. Dans un animal vivant, les cellules souches adultes sont disponibles à diviser pour une longue période, en cas de besoin, et peuvent donner lieu à maturité des types de cellules qui ont des formes caractéristiques et des structures spécialisées et les fonctions d'un tissu particulier. Ce qui suit sont des exemples de voies de différenciation des cellules souches adultes qui ont été démontrés in vitro ou in vivo.
• Les cellules souches hématopoïétiques donnent naissance à tous les types de cellules sanguines: globules rouges, des lymphocytes B, des lymphocytes T, les cellules tueuses naturelles, les neutrophiles, les basophiles, les eosinophiles, les monocytes et les macrophages.
• Les cellules souches mésenchymateuses ont été rapportés être présents dans de nombreux tissus. Ceux de la moelle osseuse (cellules souches stromales de la moelle osseuse, les cellules souches osseuses) donnent lieu à une variété de types de cellules: les cellules osseuses (ostéoblastes et ostéocytes), des cellules cartilagineuses (chondrocytes), les cellules adipeuses (adipocytes), et les cellules stromales qui supportent le sang formation. Cependant, il ne sait pas encore comment les cellules mésenchymateuses semblables ou dissemblables provenant de sources de moelle non-os sont ceux de stroma de moelle osseuse.
• Les cellules souches neurales dans le cerveau donnent naissance à trois grands types de cellules: les cellules nerveuses (neurones) et deux catégories de cellules astrocytes et oligodendrocytes non neuronales.
• Les cellules souches épithéliales de la muqueuse du tube digestif se produisent dans cryptes et profondes donnent lieu à plusieurs types de cellules: les cellules absorbantes, les cellules caliciformes, des cellules de Paneth et des cellules entéro-endocrines.
• Les cellules souches de la peau se produisent dans la couche basale de l'épiderme et à la base des follicules pileux. Les cellules souches épidermiques donnent naissance à des kératinocytes, qui migrent à la surface de la peau et forment une couche protectrice. Les cellules souches folliculaires peuvent donner lieu à la fois les follicules pileux et de l'épiderme.
Transdifférenciation. Un certain nombre d'expériences ont rapporté que certains types de cellules souches adultes peuvent se différencier en types de cellules observées dans des organes ou des tissus autres que ceux attendus à partir de la lignée prévue par les cellules ( par exemple, les cellules souches du cerveau qui se différencient en cellules sanguines ou des cellules hématopoïétiques qui se différencient en cellules du muscle cardiaque, et ainsi de suite). Ce phénomène rapporté est appelé transdifférenciation.
Bien que des cas isolés de transdifférenciation ont été observées chez certaines espèces de vertébrés, si ce phénomène se produit réellement chez l'homme est en discussion par la communauté scientifique. Au lieu de transdifférenciation, les instances observées peuvent impliquer la fusion d'une cellule de donneur avec une cellule receveuse. Une autre possibilité est que les cellules souches transplantées sont des facteurs qui encouragent les propres cellules souches du receveur pour commencer le processus de réparation sécrétant. Même lorsque transdifférenciation a été détectée, seul un très petit pourcentage de cellules subissent le processus.
Dans une variante d'expériences de transdifférenciation, les scientifiques ont récemment démontré que certains types de cellules adultes peuvent être "reprogrammées" dans d' autres types de cellules in vivo en utilisant un procédé bien contrôlé de la modification génétique (voir Section VI pour une discussion sur les principes de la reprogrammation). Cette stratégie peut offrir un moyen de reprogrammer les cellules disponibles dans d' autres types de cellules qui ont été perdus ou endommagés en raison de la maladie. Par exemple, une expérience récente montre comment les cellules bêta du pancréas, les cellules productrices d'insuline qui sont perdus ou endommagés dans le diabète, pourraient éventuellement être créées par la reprogrammation d’autres cellules pancréatiques. Par «re-départ» l’expression de trois gènes de cellule bêta critique dans les cellules exocrines du pancréas adulte différenciée, les chercheurs ont réussi à créer des cellules analogues à des cellules bêta qui peuvent sécréter de l’insuline. Les cellules reprogrammées étaient semblables à des cellules bêta dans l’apparence, la taille, et la forme; gènes exprimés caractéristique des cellules bêta; et ont été en mesure de restaurer partiellement la régulation du sucre dans le sang chez les souris dont les cellules bêta propre avait été détruit chimiquement. Tout en ne transdifférenciation par définition, cette méthode pour la reprogrammation des cellules adultes peut être utilisé comme modèle pour la reprogrammation directement d’autres types cellulaires adultes.
En plus de reprogrammation des cellules pour devenir un type de cellule spécifique, il est maintenant possible de reprogrammer des cellules somatiques adultes à devenir comme des cellules souches embryonnaires (cellules souches pluripotentes induites, CISP) par l'introduction de gènes embryonnaires. Ainsi, une source de cellules peut être générée qui sont spécifiques au donneur, ce qui augmente les chances de compatibilité si ces cellules devaient être utilisées pour la régénération tissulaire. Cependant, comme les cellules souches embryonnaires, la détermination des méthodes par lesquelles CSPi peuvent être complètement et reproductible engagés à des lignées de cellules appropriées est toujours sous enquête.
D. Quelles sont les questions clés sur les cellules souches adultes?
De nombreuses questions importantes sur les cellules souches adultes restent sans réponse. Ils comprennent:
• Combien de types de cellules souches adultes existent, et dans lesquels des tissus font qu'ils existent?
• Comment les cellules souches adultes évoluent au cours du développement et comment sont-ils maintenus chez l'adulte? Sont-ils des cellules souches embryonnaires de «restes», ou ne se présentent d'une autre manière?
• Pourquoi ne les cellules souches restent dans un état indifférencié lorsque toutes les cellules qui les entourent sont différenciés? Quelles sont les caractéristiques de leur «niche» qui contrôle leur comportement?
• Do cellules souches adultes ont la capacité de transdifférencier, et est-il possible de contrôler ce processus pour améliorer sa fiabilité et de l'efficacité?
• Si l'effet bénéfique des adultes transplantations de cellules souches est un effet trophique, quels sont les mécanismes? Est-ce que donneur de cellule destinataire contact cellulaire nécessaire, la sécrétion de facteurs par la cellule du donneur, ou les deux?
• Quels sont les facteurs qui contrôlent la prolifération des adultes de cellules souches et la différenciation?
• Quels sont les facteurs qui stimulent les cellules souches à déménager vers des sites de blessures ou de dommages, et comment ce processus peut être amélioré pour une meilleure guérison?

Les cellules souches embryonnaires?

Les cellules souches embryonnaires, comme leur nom l’indique, sont dérivées d'embryons. La plupart des cellules souches embryonnaires sont dérivées d'embryons qui se développent à partir d' œufs qui ont été fécondés in vitro -dans une in vitro la fécondation clinique et ensuite donnés à des fins de recherche avec le consentement éclairé des donateurs. Ils ne sont pas dérivés d'œufs fécondés dans le corps d'une femme.
B. Comment les cellules souches embryonnaires cultivées en laboratoire?
Les cellules de culture en laboratoire est connu comme la culture cellulaire. Les cellules souches embryonnaires humaines (hESC) sont générées par le transfert de cellules à partir d’une préimplantation embryon -stage dans une boîte de culture de laboratoire en plastique qui contient un bouillon nutritif connu sous le milieu de culture. Les cellules se divisent et se répandent sur la surface du plat. Dans le protocole d’origine, la surface intérieure de la boîte de culture a été revêtue avec la souris embryonnaire des cellules de peau spécialement traités afin qu'ils ne se diviser. Cette couche de revêtement de cellules est appelée couche d'alimentation .Les cellules de souris dans le fond de la boîte de culture les cellules fournissent une surface collante à laquelle ils peuvent se fixer. En outre, les cellules nourricières libèrent des substances nutritives dans le milieu de culture. Les chercheurs ont maintenant mis au point des façons de cultiver des cellules souches embryonnaires sans cellules nourricières de souris. Ceci est une avancée scientifique significative en raison du risque que des virus ou d’autres macromolécules dans les cellules de souris peuvent être transmis aux cellules humaines.
Le processus de génération d’une lignée de cellules souches embryonnaires est quelque peu inefficace, alors les lignes ne sont pas produites à chaque fois que les cellules de l'embryon préimplantatoire stade sont placées dans une boîte de culture. Toutefois, si les cellules ensemencées survivent, se divisent et se multiplient assez pour foule le plat, ils sont enlevés doucement et étalées dans plusieurs boîtes de culture frais. Le processus de re-placage ou repiquage des cellules est répété à plusieurs reprises et pendant de nombreux mois. Chaque cycle de la sous - culture des cellules est appelée passage . Une fois que la lignée cellulaire est établie, les cellules d’origine produisent des millions de cellules souches embryonnaires. Les cellules souches embryonnaires qui ont proliféré dans la culture cellulaire pendant six mois ou plus sans distinction, sont pluripotentes , et semblent génétiquement normaux sont appelés une lignée de cellules souches embryonnaires . A tout moment dans le processus, des lots de cellules peuvent être congelés et expédiés à d'autres laboratoires pour la poursuite de la culture et de l’expérimentation.
C. Quels tests de laboratoire sont utilisés pour identifier les cellules souches embryonnaires?
À divers moments au cours du processus de génération de lignées de cellules souches embryonnaires, les scientifiques testent les cellules pour voir si elles présentent des propriétés fondamentales qui les rendent les cellules souches embryonnaires. Ce processus est appelé la caractérisation.
Les scientifiques qui étudient les cellules souches embryonnaires humaines ne sont pas encore mis d'accord sur une batterie standard de tests qui mesurent les propriétés fondamentales des cellules. Toutefois, les laboratoires qui poussent des lignées de cellules souches embryonnaires humaines utilisent plusieurs types de tests, y compris:
• Croissance et repiquage des cellules souches pendant plusieurs mois. Ceci assure que les cellules sont capables de croissance à long terme et d’auto-renouvellement. Les scientifiques examinent les cultures à travers un microscope pour voir que les cellules semblent en bonne santé et restent indifférenciée.
• En utilisant des techniques spécifiques pour déterminer la présence de facteurs de transcription qui sont généralement produites par des cellules non différenciées. Deux des facteurs les plus importants de transcription sont Nanog et Oct4. Les facteurs de transcription aident à transformer les gènes sur et en dehors , au bon moment, ce qui est une partie importante du processus de la cellule différenciation et le développement embryonnaire. Dans ce cas, à la fois le 4 octobre et Nanog sont associés avec le maintien des cellules souches dans un état indifférencié, capable d'auto-renouvellement.
• En utilisant des techniques spécifiques pour déterminer la présence de certains marqueurs de surface cellulaire qui sont généralement produites par des cellules non différenciées.
• L'examen des chromosomes sous un microscope. Ceci est une méthode pour déterminer si les chromosomes sont endommagés, ou si le nombre de chromosomes a changé. Il ne détecte pas de mutations génétiques dans les cellules.
• Déterminer si les cellules peuvent être re-cultivées ou repiquées, après congélation, décongélation et re-placage.
• Tester si les cellules souches embryonnaires humaines sont pluripotentes 
1) en permettant aux cellules de se différencier spontanément en culture cellulaire; 
2) de manipuler les cellules afin qu'elles se différencier pour former des cellules caractéristiques des trois couches germinales ; ou 
3) à injecter les cellules dans une souris avec un système immunitaire supprimé pour tester la formation d'une tumeur bénigne appelée un tératome. Etant donné que le système immunitaire de la souris est supprimé, les cellules souches humaines injectées ne sont pas rejetées par le système immunitaire de la souris et les scientifiques peuvent observer la croissance et la différenciation des cellules souches humaines. Tératomes contiennent généralement un mélange de plusieurs différenciées ou partiellement différenciées types cellulaires, d’une indication selon laquelle les cellules souches embryonnaires sont capables de se différencier en plusieurs types de cellules.
D. Comment les cellules souches embryonnaires stimulées pour différencier?
Tant que les cellules souches embryonnaires en culture sont cultivées dans des conditions appropriées, ils peuvent rester indifférenciées (non spécialisés). Mais si les cellules sont autorisées à se regrouper pour former des corps embryoïdes, ils commencent à se différencier spontanément. Elles peuvent former des cellules musculaires, des cellules nerveuses, ainsi que de nombreux autres types de cellules. Bien que la différenciation spontanée est une bonne indication que la culture de cellules souches embryonnaires est en bonne santé, le processus est incontrôlée et donc une stratégie inefficace pour produire des cultures de types cellulaires spécifiques.
Ainsi, pour générer des cultures de types spécifiques de cellules différenciées , des cellules de muscle cardiaque, des cellules sanguines ou des cellules nerveuses, par exemple , les scientifiques-essayer de contrôler la différenciation des cellules souches embryonnaires. Ils modifient la composition chimique du milieu de culture, de modifier la surface de la boîte de culture, ou de modifier des cellules par l’insertion de gènes spécifiques. Grâce à des années d'expérimentation, les scientifiques ont établi des protocoles de base ou «recettes» pour la différenciation dirigée des cellules souches embryonnaires dans certains types cellulaires spécifiques. (Pour d’autres exemples de différenciation dirigée des cellules souches embryonnaires, consultez le NIH souches rapport cellulaire 2006.)
Si les scientifiques peuvent diriger de manière fiable la différenciation des cellules souches embryonnaires dans des types cellulaires spécifiques, ils peuvent être en mesure d'utiliser les cellules différenciées, résultant pour traiter certaines maladies à l'avenir. Les maladies qui peuvent être traitées par la transplantation de cellules produites à partir de cellules souches embryonnaires humaines comprennent le diabète, un traumatisme de la moelle épinière, la dystrophie musculaire de Duchenne, la maladie cardiaque et de la vision et la perte d’audition.

Les propriétés uniques des cellules souches?

Les cellules souches se différencient des autres types de cellules dans le corps. Toutes les cellules-souches, indépendamment de leur source ont trois propriétés générales: ils sont capables de se diviser et de se renouveler pendant de longues périodes; ils ne sont pas spécialisées; et ils peuvent donner lieu à des types de cellules spécialisées.
Les cellules souches sont capables de se diviser et de se renouveler pour de longues périodes. Cellules Contrairement aux cellules musculaires, cellules sanguines, ou cellules nerveuses, qui ne normalement répliquent pas eux-mêmes souches peuvent se répliquer plusieurs fois, ou proliférer . Une population de départ de cellules souches qui prolifèrent pendant plusieurs mois dans le laboratoire peut produire des millions de cellules. Si les cellules résultantes restent non spécialisées, comme les cellules souches de parent, les cellules sont dites capables de long terme d' auto-renouvellement .
Les scientifiques essaient de comprendre deux propriétés fondamentales des cellules souches qui se rapportent à leur auto-renouvellement à long terme:
1. Pourquoi les cellules souches embryonnaires proliférer pendant un an ou plus dans le laboratoire sans distinction, mais la plupart des cellules souches adultes ne peuvent pas; et
2. Quels sont les facteurs dans les organismes qui régulent normalement lescellules souches vivant la prolifération et l' auto-renouvellement?
A la découverte des réponses à ces questions peut permettre de comprendre comment la prolifération cellulaire est régulée au cours du développement embryonnaire normal ou pendant la anormale division cellulaire qui mène au cancer. Une telle information pourrait également permettre aux chercheurs de cultiver des cellules souches embryonnaires et non embryonnaires de manière plus efficace au laboratoire.
Les facteurs et les conditions spécifiques qui permettent aux cellules souches restent non spécialisées sont d’un grand intérêt pour les scientifiques. Il a pris les scientifiques de nombreuses années d'essais et erreurs pour apprendre à tirer et à maintenir les cellules souches dans le laboratoire sans les différencier spontanément en des types cellulaires spécifiques. Par exemple, il a fallu deux décennies pour apprendre à cultiver des cellules souches embryonnaires humaines dans le laboratoire suivant le développement de conditions pour les cellules souches de souris en croissance. De même, les chercheurs doivent d' abord comprendre les signaux qui permettent à un non-embryonnaire (adulte) Tige population de cellules à proliférer et restent non spécialisé avant qu'ils seront capables de se développer un grand nombre de cellules souches adultes non spécialisé dans le laboratoire.
Les cellules souches ne sont pas spécialisées. L’une des propriétés fondamentales d'une cellule souche est qu'il ne possède pas de structures spécifiques à un tissu qui lui permettent d'exécuter des fonctions spécialisées. Par exemple, une cellule souche ne peut pas travailler avec ses voisins pour pomper le sang à travers le corps (comme une cellule de muscle cardiaque), et il ne peut pas transporter des molécules d'oxygène dans le sang (comme une cellule de sang rouge). Cependant, les cellules souches non spécialisées peuvent donner naissance à des cellules spécialisées, notamment les cellules musculaires cardiaques, des cellules sanguines ou des cellules nerveuses.
Les cellules souches peuvent donner naissance à des cellules spécialisées. Lorsque les cellules souches non spécialisées donnent naissance à des cellules spécialisées, le processus est appelé différenciation. Alors que la différenciation, la cellule va généralement par plusieurs étapes, de plus en plus spécialisés à chaque étape. Les scientifiques commencent à peine à comprendre les signaux à l’intérieur et l'extérieur des cellules qui déclenchent chaque étape du processus de différenciation. Les internes signaux sont contrôlés par une cellule des gènes, qui sont intercalés entre longs brins d'ADN et d’effectuer des instructions codées pour toutes les structures et les fonctions cellulaires. Les signaux externes pour la différenciation des cellules comprennent des produits chimiques sécrétées par d’autres cellules, un contact physique avec les cellules voisines, ainsi que certaines molécules dans le microenvironnement. L'interaction des signaux lors de la différenciation provoque l'ADN de la cellule pour acquérir épi génétiques marques qui limitent l’expression de l’ADN dans la cellule et peuvent être transmis par division cellulaire.
De nombreuses questions au sujet de la différenciation des cellules souches restent. Par exemple, les signaux internes et externes de la différenciation cellulaire similaire pour tous les types de cellules souches? Ensembles spécifiques de signaux peuvent être identifiés qui favorisent la différenciation en types de cellules spécifiques? Répondre à ces questions peut conduire les scientifiques à trouver de nouvelles façons de contrôler la différenciation des cellules souches dans le laboratoire, faisant ainsi croître des cellules ou des tissus qui peuvent être utilisés à des fins spécifiques, tels que les thérapies à base de cellules ou le criblage de médicaments.
Les cellules souches adultes génèrent habituellement les types de cellules du tissu dans lequel ils résident. Par exemple, une adulte cellule hématopoïétique souches dans la moelle osseuse donne normalement lieu à de nombreux types de cellules sanguines. Il est généralement admis qu'une cellule hématopoïétique dans l'os qui est appelé une moelle hématopoïétique souche -ne peut donner lieu à des cellules d'un tissu très différentes, telles que des cellules nerveuses dans le cerveau. Les expériences au cours des dernières années ont prétendu montrer que les cellules souches à partir d' un tissu peut donner lieu à des types de cellules d'un tissu complètement différent. Cela reste une zone de grand débat au sein de la communauté des chercheurs. Cette controverse illustre les défis de l’étude des cellules souches adultes et suggère que des recherches supplémentaires en utilisant des cellules souches adultes est nécessaire de comprendre leur plein potentiel en tant que futures thérapies.

Les gènes liés au niveau d'instruction

Les gènes liés au niveau d'instruction exprimés dans le cerveau au cours du développement prénatal
A USC co-auteur de l'étude dit que les gènes qui sont en corrélation avec leniveau de scolarité sont exprimés dans le cerveau au cours du développement prénatal. Certains des gènes prédisent aussi le risque pour la maladie d'Alzheimer, le trouble bipolaire et la schizophrénie.
Un groupe international de 253 scientifiques a mené une des plus grandes études génétiques à ce jour et identifié 74 variantes génétiques qui sont associés avec les années d'éducation formelle que l'individu se termine.
L'étude a été publiée le 11 mai par la revue Nature.
«Cette étude se fonde sur nos travaux antérieurs dans lesquels nous avions étudié 100.000 personnes et a trouvé trois variantes génétiques liées au niveau de scolarité», a déclaré Daniel Benjamin, auteur correspondant et professeur associé du Centre pour la recherche économique et sociale dans le Collège USC Dornsife de lettres, Arts et Sciences. "Cette fois-ci, à cause de notre échantillon beaucoup plus grand - près de 300.000 personnes - nous avons pu identifier des variantes génétiques beaucoup plus qui sont associés à la réussite scolaire."
Benjamin a dit que les facteurs les compte génétiques et environnementaux pour la variation de la quantité de scolarisation une personne reçoit. Les gènes influencent que partiellement les capacités cognitives et les traits de personnalité tels que la persistance, qui à son tour affecte le nombre d'années on passe à l'école.
"Le niveau d'instruction est influencée conjointement par les gènes et l'environnement», at-il dit. "Les variantes génétiques que nous avons trouvé en compte pour une petite fraction des différences entre les individus dans l'éducation."
Détails de l' étude
Les scientifiques ont combiné les résultats de 64 ensembles de données comprenant des sujets dans 15 pays différents. Les chercheurs ont identifié des variants génétiques associés au nombre total d'années de l'éducation d'un individu. L'analyse a été limitée aux personnes d'ascendance européenne.
L'influence totale des 74 variants génétiques identifiés est faible, expliquant environ 0,43 de 1 pour cent de la variation du niveau de scolarité entre les individus, les scientifiques ont écrit.
"Pour la variante avec le plus grand effet, la différence entre les personnes avec zéro copies et ceux qui ont deux copies de la variante prévoit, en moyenne, environ neuf semaines de scolarité», a déclaré Benjamin.
Les résultats suggèrent que les influences génétiques sur le niveau d'instruction sont répartis sur des milliers, sinon des millions, des variants génétiques, dont la plupart ne l'ont pas encore été identifiés, Benjamin dit.
"Les très petits effets de variants génétiques individuels est elle-même une découverte importante, qui fait écho à ce que nous avons vu dans notre propre travail plus tôt", a déclaré Benjamin. "Cela signifie que les interprétations simplistes de nos résultats, comme les appelant« gènes de l'éducation, «sont totalement trompeuses.Dans le même temps, malgré les petits effets de variants génétiques individuels, les résultats sont utiles parce que nous pouvons apprendre beaucoup de l'étude des effets combinés des variantes génétiques prises tous ensemble. "
En combinant leurs propres résultats avec des données provenant d'études précédentes, les chercheurs ont constaté que la plupart des gènes associés au niveau de scolarité sont influents dans le développement du cerveau, même avant la naissance. Les scientifiques ont déclaré que ces gènes jouent probablement un rôle dans la fonction et de la personnalité traits cognitifs, tels que grains, que la matière de rendement scolaire.
"Les différences génétiques minuscules que nous avons trouvés peuvent finalement aider à comprendre pourquoi certaines personnes sont plus sensibles au déclin cognitif précoce que d'autres», a déclaré Peter Visscher, un autre auteur principal de l'étude et professeur à l'Institut du cerveau Queensland. En se référant aux analyses supplémentaires volumineuses contenues dans 144 pages du journal de matériel supplémentaire, Visscher a dit: «Il est une riche veine de matière qui, lorsqu'elle est appliquée de façon responsable, ajoute à notre compréhension de la condition humaine."
L'équipe interdisciplinaire - qui comprenait des chercheurs médicaux et psychologues - a également étudié si les variants génétiques associés au niveau de scolarité se chevauchent avec des variantes génétiques liées à des résultats liés à la santé. Ils ont découvert certains des gènes permettent également de prévoir un risque pour la maladie d'Alzheimer, le trouble bipolaire et la schizophrénie.
L'étude a été menée par le Social Science Genetic Association Consortium, qui a été co-fondée par Benjamin, David Cesarini de l'Université de New York et Philipp Koellinger de la Vrije Universiteit Amsterdam. Le consortium étudie l'influence de la génétique sur le comportement humain, le bien-être et les résultats liés à la science sociale à travers des études à grande échelle de génomes humains.

Quel est Musashi-2 ?

Musashi-2 protéines régule la fonction, le développement des cellules souches du sang
Des chercheurs de Stem Cell Université McMaster et de l'Institut de recherche sur le cancer ont fait des progrès significatifs dans la compréhension des cellules souches du système de sang humain après avoir découvert comment une protéine clé permet un meilleur contrôle et la régénération de ces cellules.
Cette découverte, publiée aujourd'hui dans la revue scientifique Nature, illustre comment une protéine appelée Musashi-2 régule la fonction et le développement des cellules souches de sang importantes.
Cette connaissance fournit de nouvelles stratégies qui peuvent être utilisés pour contrôler la croissance de ces cellules - cellules qui peuvent être utilisés comme agents thérapeutiques pour une gamme de maladies mortelles, mais qui sont, en général, en très petite quantité.
L'auteur principal est Kristin Hope, chercheur principal à l'Stem Cell et Cancer Research Institute et professeur adjoint au Département de biochimie et de sciences biomédicales de l'Université McMaster. La recherche a également impliqué des collaborateurs de l'Université de Californie à San Diego, Université de Toronto et l'Université de Montréal.
Espoir dit la découverte pourrait être percutante pour les dizaines de milliers de patients souffrant d'une gamme de troubles à base de sang, y compris la leucémie, le lymphome, l'anémie aplasique, la drépanocytose et plus encore.
«Nous avons vraiment brillé une lumière sur la façon dont ces cellules souches fonctionnent. Nous comprenons maintenant comment ils fonctionnent à un niveau complètement nouveau, et qui nous offre un sérieux avantage dans la détermination de la façon de maximiser ces cellules souches en thérapeutique. Avec cette retrouvée capacité de contrôler la régénération de ces cellules, plus de gens seront en mesure d'obtenir le traitement dont ils ont besoin. "
L'équipe de recherche spécifiquement examiné les cellules souches de sang de cordon ombilical, une source de cellules souches éprouvée mais sous-utilisé pour le traitement des cancers du sang adultes. Ces cellules souches ont le potentiel de devenir une thérapeutique importante pour les milliers de personnes souffrant de cancers du sang qui attendent une transplantation de sauvetage.
Les cellules de sang de cordon ombilical ont des propriétés uniques qui les rendent plus faciles à utiliser pour la transplantation, y compris l'accessibilité et l'adaptabilité. Par conséquent, ils permettent une transplantation plus sûres et plus efficaces.
Le problème, Espoir souligne, est qu'il ya très peu de cellules souches disponibles dans des échantillons individuels de sang de cordon - seulement environ cinq pour cent de tous les échantillons contiennent effectivement suffisamment de cellules pour une greffe. Les recherches de l'équipe de l'importance de Musashi-2 et son rôle dans l'augmentation du nombre de cellules souches dans un échantillon de sang ombilical donné peut aider à soulager les pénuries de cellules souches actuelles.
Gene Yeo, professeur associé à l'Université de Californie à San Diego, co-auteur correspondant de l'étude, ajoute: «La plupart des études sur les cellules souches se concentrent sur des protéines qui lient l'ADN pour contrôler la sortie du gène. Le rôle de premier plan que nous avons trouvé pour Musashi-2, protéine qui se lie à la place à l'ARN, souligne également l'urgence d'étudier cette deuxième couche de la régulation des gènes dans les cellules souches. "
Espoir dit: "Fournir des nombres accrus de cellules souches pour la transplantation pourrait atténuer certaines des complications post-transplantation actuelles et permettre un rétablissement plus rapide, à son tour, en réduisant les coûts globaux des soins de santé et les temps d'attente pour les patients nouvellement diagnostiqués qui cherchent un traitement."
«En élargissant les cellules souches comme nous l'avons fait, de nombreux échantillons plus donnés pourraient maintenant être utilisés pour des transplantations."

Détermination de la structure 3-D de la protéine RlmN des bactéries

Les chercheurs déterminent la structure 3-D de la protéine RlmN des bactéries
La structure d'une protéine de liaison à l'ARN bactérienne a été déterminée dans l'acte de la modification d'une molécule d'ARN - une réalisation qui offre aux chercheurs une vue unique de la fonction de la protéine dans l'action et pourrait conduire à des indices qui pourraient aider dans la lutte contre le développement d'infections résistantes aux antibiotiques. Un document décrivant les résultats par une équipe de chercheurs de l' Université Penn State est publié dans le numéro actuel de la revue Science.
"Nous avons capturé et caractérisé la structure de la protéine, RlmN, à une étape intermédiaire clé dans son interaction avec la molécule d'ARN», a déclaré Squire J. Booker, professeur de chimie et de biochimie et de biologie moléculaire à l'Université Penn State, un enquêteur de l'Institut médical Howard Hughes, et l'un des leaders de l'équipe de recherche de Penn State. "RlmN apporte des modifications chimiques à des molécules d'ARN qui fonctionnent pour veiller à ce que les bactéries sont capables de synthétiser de nouvelles protéines avec précision. En ayant une image de cette étape intermédiaire, nous pouvons apprendre beaucoup mécaniste sur la fonction de la protéine."
L'équipe de recherche a déterminé la structure tridimensionnelle de la protéine RlmN de la bactérie Escherichia coli. Ils ont profité d'une mutation dans la protéine RlmN qui se traduit par une liaison chimique stable entre les protéines et les molécules d'ARN qu'elle modifie. Cette approche a permis aux chercheurs de capturer et de déterminer la structure de la protéine lors de cet événement normalement transitoire.
"RlmN est l'une des deux protéines qui sont connues pour apporter des modifications chimiques à au moins deux types différents de molécules d'ARN En fait, RlmN modifie techniquement sept ARN. - Il peut modifier un site sur l'ARN ribosomal et de six ARN de transfert différents" dit Booker. "RlmN est très étroitement liée, à la fois évolutif et fonctionnel, à une protéine qui fonctionne pour conférer une résistance aux antibiotiques chez les bactéries, Cfr. Parce que RlmN et Cfr fonction par des mécanismes très similaires, nous pouvons utiliser notre structure de RlmN lié à l'un de ses substrats mieux comprendre comment Cfr confère la résistance aux antibiotiques. en fin de compte, la structure peut aider à la conception de molécules de médicaments pour lutter contre la résistance aux antibiotiques ".
Jusqu'à récemment, la seule activité de la protéine RlmN a été considéré comme des modifications de l'ARN ribosomal - les grosses molécules d'ARN qui catalysent la synthèse des protéines dans la cellule. De manière surprenante, les chercheurs ont piégé une version de RlmN au milieu de son cycle de réaction lié à l'autre, beaucoup plus petit type de molécule d'ARN. Leur découverte a eu lieu alors qu'ils tentaient de capturer la protéine RlmN alors qu'il était en train de modifier l' ARN ribosomique dans E. cellules de E. coli. Les chercheurs ont déterminé la structure de ce / le complexe d'ARN et de protéines ont montré que la protéine était RlmN lié à une molécule d'ARN de transfert.ARN de transfert est également impliqué dans la construction de protéines dans la cellule.
Les chercheurs ont été en mesure de préciser la résolution de leur structure de la protéine RlmN liée à l'ARN de transfert en produisant le complexe dans des tubes à essai avec la protéine purifiée et molécules de synthèse de l'ARN de transfert. Les deux structures montrent que, contrairement à d'autres protéines qui font des modifications chimiques pour le transfert d'ARN, RlmN interagit avec la longueur entière de la molécule d'ARN de transfert. Une interface d'extension de l'ARN peut être lié à la capacité de modifier RlmN un ARN substrat relativement grand, comme l'ARN ribosomique, en plus des molécules d'ARN de transfert plus petites.
"Pas beaucoup de protéines d'ARN modification peuvent cibler différents types d'ARN, et RlmN est très différent de la seule autre protéine connue qui modifie les deux ARN ribosomal et de transfert. La différence est que RlmN ne reconnaît pas la séquence des molécules d'ARN", a déclaré Amie Boal, professeur adjoint de chimie et de biochimie et de biologie moléculaire à Penn State et un autre chef de l'équipe de recherche. "RlmN reconnaît la place de la structure en trois dimensions de son ARN cible. En fait, la protéine remodèle effectivement l'ARN de façon spectaculaire pour l'adapter à la structure rigide du site actif de la protéine. Cette approche distinctive au substrat de reconnaissance est probablement la clé de la façon la protéine cible deux types de molécules d'ARN très différentes ».

Probleme de petits seins

les seins non seulement se développent différemment de femme à femme, ils continuent à changer de forme et de taille tout au long de votre vie. Le sein droit peut même ne pas être la même taille que la gauche.
les seins peuvent commencer à développer à partir de l'âge de 10. Ils continuent à croître et à changer de forme tout au long de la puberté.
Leur forme et la taille finale dépend plus ou moins sur les caractéristiques héréditaires, mais les seins de la mère et la fille peuvent se développer complètement différemment.
Est-il possible de changer la taille de mes seins?
Une chose est commune à toutes les femmes: il n'y a aucun médicament d'aucune sorte, pas de machine ou de l'exercice work-out qui va changer de façon significative la forme ou la taille de vos seins.
Seulement dans des cas médicaux particuliers un supplément d'hormone peut être utilisé pour faire des seins qui poussent.
Les pilules contraceptives peuvent donner le sentiment d'une forte poitrine, mais il est seulement dans la grossesse et quand l'allaitement que vos seins peuvent se développer visiblement.
Sont des implants de silicone une option?
Si vous êtes très mécontents de la taille des seins ou votre forme, ou avez eu une partie d'un sein qui est enlevée à la suite d'un cancer, vous pouvez décider d'avoir des implants de silicone.
Pour beaucoup, il est une opération coûteuse et souvent douloureuse, mais il est de plus en plus commun. Les chirurgiens plasticiens sont devenus très habiles dans ce domaine, de sorte que les résultats sont généralement satisfaisants.
Cependant plusieurs santés, on a fait peur à la suite d'implants. Certaines femmes affirment que le silicone a fui et a causé des problèmes de santé connexes, mais ces demandes ne sont pas médicalement prouvé.
Comment l'opération est effectuée?
Les implants sont placés sur la poitrine sous les muscles, ce qui laisse le tissu mammaire intact et signifie que les mamelons vont rester en contact avec le tissu naturel de la glande également.
Les implants sont insérés sous la peau, à l'emplacement exact en fonction de la taille et la forme des seins.
Certaines femmes vont à l'hôpital pour l'opération, alors que d'autres sont traités en ambulatoire, mais comptent sur la réception de repos et de soins à domicile. L'opération est réalisée sous la pleine anesthésie.
Combien les implants coûtent?
La plupart des femmes ont à payer pour l'opération, mais il peut également être fait dans le cadre du NHS lorsque le besoin se fait sentir après la chirurgie du sein pour cancer.
Si vos seins ont échoué à se développer correctement ou si vous avez l'asymétrie sévère (différence de taille), vous pourriez être en mesure d'avoir NHS augmentation mammaire.
Mais cela est de plus en plus rare de nos jours parce qu'il est classé comme une procédure cosmétique.
Un coût moyen d'une opération privée au Royaume-Uni est d'environ £ 4,000.
Assurez-vous toujours votre chirurgien est enregistré auprès de l'Association plastique Colombie, reconstructive et esthétique chirurgiens (BAPRAS) ou a les qualifications spécialisées appropriées et est inscrit auprès du General Medical Council (GMC) - demandez à votre propre médecin, qui va donner des conseils et de l'orientation .

Comment les seins changent tout au long de votre vie?

Les seins se développent différemment de femme à femme, et leur forme et taille des changements tout au long de la vie.
Chaque mois, vous pouvez vous sentir une tension et un gonflement de vos seins avant votre période est due. Cette sensation disparaît dès que votre période commence.
Grossesse et naissance est un moment de croissance de la poitrine, quand les glandes mammaires se développent et le lait est produit. Une fois que l'allaitement maternel est arrêté, vos seins seront encore changer de forme.
Plus tard dans la vie de la taille des glandes diminue alors que la teneur en graisse augmente. Cela provoque les seins de certaines femmes à grossissent, tandis que d'autres subissent l'effet inverse.
Seins et image corporelle
Un grand nombre de femmes détestent l'apparence et la taille de leurs seins. Ceci est, bien sûr, connecté à notre culture.
Les seins sont considérés comme une partie cruciale d'appel sexuel de toute femme. Dans les journaux, les magazines et à la télévision et des films, nous sommes confrontés à des images de ce qui est considéré comme le sein idéal.
Consciemment ou inconsciemment, certaines femmes souhaitent que leurs seins concordance avec ce «idéal». Tout comme ceux qui aspirent AA tasses peuvent être plus grand, de sorte que ceux avec E tasses peut souhaiter pour un petit buste.
Les problèmes associés avec de gros seins
Même les jeunes femmes qui n’ont jamais été enceintes peuvent se sentir que leurs seins sont trop gros et leur causer un problème important.
Vous pouvez vous sentir l'auto-conscience de porter certains types de vêtements ou d'être gênés de se déshabiller au gymnase ou dans des vestiaires communaux lorsque vous magasinez.
Un bon soutien-gorge peut être d'une grande aide, mais si vos seins sont très lourds, les bretelles peut couper profondément dans vos épaules. Votre posture sera affectée et vous pouvez avoir les muscles endoloris dans votre poitrine et les épaules.
Que peut-on faire pour aider?
Si vous n'êtes pas satisfait de la taille de vos seins, consultez votre médecin qui sera en mesure d'évaluer si la chirurgie de réduction mammaire est une option appropriée. Si oui, le médecin vous dirigera vers un hôpital ou un chirurgien esthétique avec l'expérience de ces opérations.
Qu'est-ce qui se passe dans l'opération?
Le chirurgien va d'abord enlever une quantité de tissu mammaire et la peau.
Les tétons rester connecté au tissu de la glande et gras restant, mais sont déplacés vers le haut sur la paroi de la poitrine. Une pièce circulaire de peau est enlevée à partir d'une zone appropriée.
Cette méthode est utilisée pour les deux seins grands et pendants.
Les résultats de ces opérations sont presque toujours très bon, avec le chirurgien qui vise non seulement à réduire la taille de la poitrine, mais pour vous assurer que vous êtes heureux avec leur nouvelle apparence.

Fonctionnement du coeur en santé

Le cœur normal est, une pompe dur travail solide en tissu musculaire. Il est de la taille d'un poing d'une personne. 

Le cœur a quatre chambres. Les deux chambres supérieures sont les oreillettes et les deux inférieurs sont les ventricules Les chambres sont séparées par une paroi de tissu appelé la cloison. Le sang est pompé à travers les chambres, à l'aide de quatre valves cardiaques. Les vannes ouvertes et à proximité de laisser le flux sanguin dans une seule direction.
Les malformations congénitales peuvent impliquer une soupape, une chambre, le septum, une artère ou d'écoulement de sang problèmes.
Les quatre valves cardiaques sont les suivantes :
1. la valve tricuspide, située entre l'oreillette droite et le ventricule droit;
2. pulmonaire (pulmonic) valve, entre le ventricule droit et l'artère pulmonaire;
3. la valve mitrale, entre l'oreillette gauche et le ventricule gauche; et
4. la valve aortique, entre le ventricule gauche et l’aorte.
Chaque vanne a un ensemble de "volets" (également appelés tracts ou cuspides). La valve mitrale a normalement deux volets; les autres ont trois. 
Modèles d'écoulement de sang du cœur sain
Le flux sanguin normal est un cycle qui coule comme cela; corps-cœur-poumons-cœur-corps. Ensuite, nous allons examiner chaque étape.
Du corps au cœur.  le sang bleu sombre, pauvre en oxygène, qui coule vers le cœur après avoir circulé à travers le corps. Il retourne au cœur par les veines et pénètre dans l'oreillette droite. Cette chambre se vide le sang à travers la valve tricuspide  dans le ventricule droit.
Du cœur aux poumons 
Les pompes du ventricule droit du sang sous une faible pression à travers la valve pulmonaire dans l'artère pulmonaire. De là, le sang va vers les poumons où il obtient l'oxygène frais .
A partir des poumons vers le cœur 
Après que le sang est rafraîchie avec de l'oxygène, il est rouge vif. Ensuite, il retourne au cœur gauche par les veines pulmonaires à l'oreillette gauche. De là, elle passe à travers la valve mitrale (D) et pénètre dans le ventricule gauche.
Du cœur au corps 
Les pompes du ventricule gauche du rouge sang riche en oxygène à travers la valve aortique dans l'aorte .L'aorte prend le sang à la circulation générale de l'organisme. La pression du sang dans le ventricule gauche est la même que la pression mesurée dans le bras.

Types de cellules souches

Les cellules souches peuvent être trouvés dans tous les animaux de stades précoces de développement comme un embryon jusqu'à ce que la fin de vie. Il existe plusieurs types de cellules souches en fonction de leur source et de propriétés.
Les cellules souches embryonnaires
Les cellules souches embryonnaires peuvent être obtenues à partir de l'étape blastocyste de l'embryon. Ils sont également appelés cellules pluripotentes car elles ont la capacité de produire tous les types de cellules du corps.
Le blastocyste est une sphère creuse pour la plupart des cellules plus petites qu'une tête d'épingle. Dans son intérieur est la masse cellulaire interne, avec près de 30 cellules.Ces cellules sont cultivées en laboratoire pour donner des millions de cellules.
Les embryons utilisés pour l'obtention de ces cellules souches sont obtenues à partir des embryons excédentaires que les couples donnent volontiers après consentement éclairé et après qu'ils ont eu avec succès leur progéniture. Les embryons qui ont été fertilisés à l'intérieur du corps d'une femme ne sont pas utilisés.
Les cellules souches embryonnaires sont plus flexibles et peuvent être faites dans n'importe quel type de cellule que l'on désire. Ils sont généralement plus faciles à recueillir, purifier et de maintenir dans le laboratoire de cellules souches adultes. Ces cellules, cependant, doivent être différenciées en cellules spécialisées avant qu'ils puissent être transplantés ou bien ils peuvent conduire à des tumeurs appelées tératomes.
Les cellules souches adultes
Les cellules souches adultes sont trouvées dans certains tissus chez les humains pleinement développés. Cela pourrait être présent chez les bébés, les enfants, les adolescents ou les adultes. Ces cellules souches sont limitées à la production de certains types de cellules spécialisées.
Les rôles principaux de cellules souches adultes dans le corps sont à entretenir et réparer les tissus dans lesquels ils se trouvent. Ces cellules souches sont aussi appelées cellules souches somatiques à la place de cellules souches adultes, car ils peuvent être trouvés dans les personnes de tous âges (et pas seulement les adultes).
La recherche avec les cellules souches adultes a commencé dans les années 1960 lorsque les scientifiques ont découvert que la moelle osseuse contient au moins deux types de cellules souches - la cellule de sang formant des cellules souches hématopoïétiques et les cellules stromales de la moelle osseuse qui sont une population de cellules qui génère l'os, le cartilage, la graisse et le tissu conjonctif fibreux.
Les cellules souches adultes sont également trouvées dans le cerveau, le sang périphérique, les vaisseaux sanguins, les muscles squelettiques, la peau et le foie. Il existe un très petit nombre de cellules souches adultes à ces sites.
Cellules souches amniotiques
Ceux-ci sont des cellules souches trouvés dans le liquide amniotique. Ces cellules souches sont très actives et peuvent proliférer sans mangeoires. En outre, contrairement aux cellules souches embryonnaires ils ne provoquent pas de tumeurs. Ceux-ci peuvent être transformés en cellules adipeuses, les cellules osseuses, cellules musculaires, les parois des vaisseaux sanguins, du foie et des cellules nerveuses.
Les cellules souches pluripotentes induites
Ce ne sont pas des cellules souches adultes, mais sont créés à partir de cellules de la peau des adultes après leur programmation génétique pour devenir des cellules souches pluripotentes.

Les brevets de cellules souches

Les brevets cellulaires aux États-Unis et au Canada
Trois brevets de cellules souches embryonnaires humaines sont organisés par la Fondation Wisconsin Alumni de la recherche (FRAO) aux États-Unis. Elles sont basées sur la recherche de pointe de l'Université du Wisconsin scientifique James Thomson. Le brevet US and Trademark Office (USPTO) avait accordé ces brevets en 1998 et 2001 (à échéance en 2015 et 2018).
Les brevets sur les droits de cellules souches embryonnaires sont des demandes sur les cellules souches embryonnaires humaines et les processus impliqués dans la fabrication des cellules souches. FRAO à son tour a permis à deux entreprises, Geron et WiCell de licence de ses brevets à divers utilisateurs, y compris le National Institutes of Health (NIH).
Un accord conclu dans le même sens permet le NIH, Centers for Disease Control (CDC) et la US Food and Drug Administration (FDA) d'utiliser les cellules souches embryonnaires humaines dans la recherche. Cet accord permet également à la NIH pour distribuer des cellules souches embryonnaires à des institutions académiques pour la recherche.
Ces brevets ont réussi à garder les concurrents sur le marché américain, ce qui selon certains peut entraver la recherche. Le Canada a toutefois jusqu'à présent refusé d'accorder des brevets sur les cellules souches embryonnaires humaines.
 brevets des  souches cellulaires en Europe
L'image est différente en Europe. En 1999, l'Office européen des brevets (OEB) avait émis l'Université d'Edimbourg un brevet pour isoler et purifier les cellules souches embryonnaires humaines. Cela a été rencontré une forte opposition OEB forçant à revenir sur sa décision.
Dans les brevets du Royaume-Uni peut être accordée pour pluripotentes et les cellules multipotentes souches embryonnaires humaines, mais pas sur les cellules souches embryonnaires totipotentes. Ces cellules souches totipotentes ont le potentiel de se développer en êtres humains. Suède autorise les brevets sur les cellules souches embryonnaires humaines.
Le 18 Octobre 2011, la Cour de justice européenne a annoncé une décision historique qui interdit le brevetage des inventions fondées sur les cellules souches embryonnaires.Cette décision est juridiquement contraignant pour tous les Etats de l'UE.
La Cour fédérale allemande des brevets avait auparavant renvoyé l'affaire devant la Cour européenne de justice pour l'interprétation de la réglementation européenne de la biotechnologie. Le tribunal a jugé qu'aucun des brevets peuvent être délivrés pour des inventions fondées sur les cellules souches embryonnaires, même si les lignées cellulaires ont été établis dans le laboratoire il ya de nombreuses années et l'intervention ne nécessite pas l'obtention de cellules embryonnaires.

Controverse sur les cellules souches

Il y a plusieurs questions éthiques qui sont soulevées tout en travaillant avec des cellules souches. Les questions éthiques ont été abordées dans une ligne directrice de 2005 pour la recherche avec les droits de cellules souches embryonnaires par les Académies nationales. Cette exhorte les scientifiques qui travaillent avec des cellules souches embryonnaires pour être responsable, éthique et sensible dans leur travail. Les lignes directrices ne sont pas juridiquement contraignantes, mais ont jeté les bases des principes de la recherche sur les cellules souches pour de nombreux scientifiques et leurs laboratoires.
Controverse avec l'utilisation de l'embryon
La plus grande controverse avec la recherche sur les cellules souches est l'utilisation d'un embryon. Cette traite des controverses lois et croyances concernant la contraception, l'avortement environnantes, et la fécondation in vitro.
Pour obtenir des cellules souches embryonnaires, les chercheurs utilisent la masse cellulaire interne de blastocystes (oeufs fécondés in vitro) à partir d'un centre de fécondation in. Ces blastocystes sont ceux qui sont en excès et donné volontairement par les couples qui ont été traités avec succès pour leur infertilité. Les embryons qui ont été fertilisés à l'intérieur du corps d'une femme ne sont pas utilisés. Les blastocystes utilisés pour la science sont donnés de la volonté libre avec le consentement éclairé du couple.
Les controverses survenir si l'embryon est un être humain et si l'embryon a des droits juridiques et moraux. L'élimination de la masse cellulaire interne empêche les blastocystes de continuer à se développer. Bien que ces blastocystes seraient probablement rejetés et détruits par les cliniques éventuellement si non utilisé pour la recherche, la controverse entoure encore aujourd'hui leur utilisation à des fins scientifiques.
Certains croient que la vie d'un être humain commence au moment de la conception et les embryons méritent protection. En outre, certaines cultures et traditions religieuses ne supportent pas l'utilisation de la vie humaine comme un moyen à une autre fin, malgré la fin étant un noble. Pourtant, d'autres cultures soutenir la recherche sur les cellules souches embryonnaires car ils estiment que l'embryon a un droit moral comme un être humain seulement après quelques mois de développement.
Polémique avec le clonage reproductif
Le clonage et les cellules souches sont deux procédures différentes tous ensemble. Ils ont un lien commun, cependant, et cela est l'utilisation d'une technique de laboratoire appelée transfert nucléaire. En utilisant cette méthode les scientifiques peuvent créer des blastocystes contenant des cellules souches qui sont des «clones» d'une seule cellule adulte en utilisant le matériel génétique d'une cellule adulte dans un ovule dont le noyau ou l'œuf a été retiré. Cela pourrait entraîner des matchs génétiques identiques du donneur adulte conduisant à une alternative plus sûre aux greffes de tissus traditionnels.
En 2002, la National Academies a publié le rapport «Aspects scientifiques et médicales du clonage reproductif humain" de conclure que le clonage reproductif humain ne doit pas être pratiquée comme il est dangereux et peut échouer.
Controverse au sujet chimères humain-animal
Les chimères signifient organismes qui contiennent des cellules ou des tissus à partir de plus d'un organisme. Les étapes d'éthique dans lorsque les cellules humaines et animales sont combinés pour créer des chimères. Par exemple, les cellules souches humaines peuvent être transplantées dans une souris pour vérifier certaines fonctions (cellules souches humaines fabrication de cellules pancréatiques dans une souris par exemple pour le développement de thérapies pour les diabétiques).
Chimères sont importantes pour faire avancer la recherche sur les cellules souches pour former des méthodes et des cibles thérapeutiques réelles. Ceci est parce que les thérapies développées avec les cellules souches doivent être essayé sur les animaux avant d'être essayé sur l'homme.
Les chimères avec la conscience humaine et l'introduction de cellules souches humaines dans un primate non humain (par exemple, un singe, chimpanzé, etc.) sont interdits par les lignes directrices de la National Academies. De même l'organisation interdit également l'introduction d'un animal ou cellules humaines dans un blastocyste humain.Elevage de chimères humains-animaux sont également interdits.

Propriétés de cellules souches

Les cellules souches sont différents des autres cellules dans le corps. Il y a trois propriétés uniques de toutes les cellules souches, quel que soit leur source. Ceux-ci inclus:-
la capacité de se diviser et de se renouveler pour de longues périodes
étant des cellules non spécialisées et de base
ils peuvent donner lieu à aucun type de cellule spécialisée, car ils sont non spécialisé
Différence entre les cellules souches embryonnaires et des cellules souches adultes
Deux facteurs fondamentaux dans la recherche sur les cellules souches sont la différence entre des cellules souches embryonnaires qui prolifèrent pendant un an ou plus dans le laboratoire sans spécialisée ou se différencier en différents types de cellules et de cellules souches adultes qui ne peuvent pas proliférer sans différenciation.
Un autre facteur est déconcertante la présence de certains éléments déclencheurs et les régulateurs qui contrôlent prolifération des cellules souches et de l'auto-renouvellement.
Les cellules souches sont non spécialisé
L'une des principales propriétés des cellules souches est qu'elles sont non spécialisées. Ce sont des cellules de base. Les cellules souches ne fonctionnent pas comme les cellules nerveuses, cellules musculaires, cellules glandulaires ou toute autre cellule spécifique du corps.
Prolifération et la spécialisation
La propriété d'être non spécialisé accompagne aussi le fait que ces cellules peuvent se diviser et de se renouveler pendant de longues périodes.
Normalement, les cellules musculaires, les cellules nerveuses, cellules sanguines et d'autres cellules spécialisées ne se reproduisent normalement pas, mais les cellules souches ont la capacité de le faire. Cette réplication est appelé prolifération.Prolifération au cours des mois peut donner lieu à des millions de cellules. Si les cellules résultantes ne sont pas spécialisées, auto-renouvellement continue pendant de longues périodes de temps.
Les facteurs qui empêchent une cellule souche de devenir spécialisés peuvent aider à augmenter l'efficacité des cellules souches dans la prolifération.
Différenciation
Lorsque les cellules souches non spécialisées donnent naissance à des cellules spécialisées, le processus est appelé différenciation. Certains signaux à la fois de l'intérieur et de l'extérieur de la cellule peuvent déclencher la différenciation de cellules souches.
Bien que les signaux dans la cellule sont commandés par les gènes d'une cellule qui sont présentes sur les brins d'ADN, les signaux externes pour la différenciation des cellules comprennent des cellules provenant d'autres produits chimiques, le contact avec les cellules voisines et la présence de certaines molécules dans l'environnement.
Lignée de cellules souches
En 1961, les scientifiques ont découvert que la moelle osseuse adulte pourrait donner des cellules souches. Cette moelle osseuse pourrait être amenée à former tous les différents types de cellules sanguines. Ce ne fut pas avant 1988 que ces cellules pourraient être isolées dans leur forme pure. Le délai peut être expliqué par le fait que les cellules souches adultes sont discrètes dans la forme, la taille et la fonction et sont présents en très petites quantités dans les tissus. Cela rend leur identification et l'isolement dans des lignées cellulaires pures difficiles.
L'identification des cellules souches
Il y a une batterie standard de tests qui peuvent aider à identifier les cellules souches.Pour les cellules souches embryonnaires, repiquage en série pour de nombreux mois sans différenciation est le premier test qui détermine la capacité à long terme d'auto-renouvellement. Les cellules sont examinées au microscope pour voir si elles sont en bonne santé et restent indifférencié.
Un autre test important est de rechercher la présence d'une protéine appelée Oct-4 qui est généralement faite par des cellules indifférenciées. Oct-4 est un facteur de transcription qui aide à transformer commutateurs génétiques ou désactiver.Chromosomes des cellules sont également examinées à la recherche de dommages le cas échéant.
Pour de nombreuses cellules souches adultes marqueurs moléculaires, utilisation de molécules qui reconnaissent et se fixent aux protéines de surface spécifiques et peut fluorescence sous certaines longueurs d'onde de la lumière, peut aider à l'identification.
La culture de lignées cellulaires et stimulant la différenciation
Des cellules souches obtenues à partir de la masse cellulaire interne d'un blastocyste ou des cellules souches adultes sont le plus souvent présents en très petites quantités.Ceux-ci sont ensuite cultivées en laboratoire pour les faire proliférer et se multiplient.Cela aide à l'utilisation réelle des cellules souches dans la recherche et dans la thérapeutique.
La culture cellulaire se réfère à la croissance et le maintien des cellules dans un environnement de laboratoire contrôlé en dehors de l'organisme.Pour une culture de cellules souches réussisse, les cellules doivent être en bonne santé, divisant, et non spécialisée initiale et la série de sous-cultures, re-placage et de la transplantation sur d'autres supports de culture frais. Cette série de sous-cultures peut durer des mois pour obtenir le nombre désiré de cellules.
La culture de cellules souches est la première étape dans l'établissement d'une lignée de cellules souches. Une lignée cellulaire est une collection de multiplication de cellules génétiquement identiques. Les lignées cellulaires sont importantes parce qu'elles fournissent un approvisionnement à long terme de la multiplication de cellules identiques qui peuvent être utilisés par plus d'un scientifique dans différents laboratoires de recherche et développement de nouvelles méthodes thérapeutiques.
Selon le rapport National Academies "Cellules souches et l'avenir de la médecine régénérative (2001)", maintien d'une ligne de cellules souches en bonne santé est la partie la plus difficile de la recherche sur les cellules souches. Le rapport indique que «Au fil du temps, toutes les lignées cellulaires ... changement, généralement accumuler des mutations génétiques nuisibles. Il n'y a aucune raison d'attendre lignées de cellules souches à se comporter différemment ".
Après une lignée cellulaire stable est établie, les cellules sont ensuite amenées à former des cellules spécialisées. Ceci est provoqué spontanément pour les cellules souches adultes et par l'évolution des environnements chimiques ou des déclencheurs génétiques des cellules souches embryonnaires. Les cellules souches embryonnaires ne peuvent pas être utilisées avant différenciation complète car cela peut conduire à un type de tumeur appelée tératome.