Le syndrome de Schnitzler

syndrome de Schnitzler
Les synonymes du syndrome Schnitzler
Le syndrome de Schnitzler
Subdivisions du syndrome Schnitzler
IgG variante syndrome de Schnitzler
Discussion générale
Le syndrome de Schnitzler est une maladie rare caractérisée par une éruption chronique rougeâtre qui ressemble à de l'urticaire (urticaire) et des niveaux élevés d'une protéine spécifique dans le sang (gammapathie monoclonale IgM). Les symptômes associés au syndrome de Schnitzler peuvent inclure des épisodes de fièvre, l'inflammation des articulations (arthrite), douleurs articulaires (arthralgies), douleurs osseuses, et d'autres résultats répétés tels que des ganglions lymphatiques (lymphadénopathie). Un gammapathie monoclonale IgM fait référence à la croissance non contrôlée d'un seul clone (monoclonal) des cellules plasmatiques, ce qui se traduit par l'accumulation anormale de protéines M (également connu sous le nom d'immunoglobulines M ou IgM) dans le sang. Ces protéines sont censés lutter contre les substances étrangères dans le corps tels que les virus et les bactéries, mais les chercheurs soupçonnent qu'ils jouent un rôle dans le développement du syndrome de Schnitzler. Cependant, le rôle spécifique de ces protéines jouent et la cause exacte du syndrome de Schnitzler est inconnue.syndrome de Schnitzler est difficile à classer et certains chercheurs ont suggéré qu'il est un syndrome auto-inflammatoire acquise. syndromes auto-inflammatoires sont un groupe de troubles caractérisés par des épisodes récurrents d'inflammation due à une anomalie du système immunitaire inné. Ils ne sont pas les mêmes que les troubles auto-immuns, dans lesquels les dysfonctionnements du système immunitaire adaptatif et attaque par erreur les tissus sains.
Signes et symptômes
Les symptômes associés au syndrome de  Schnitzler peuvent varier d'une personne à l'autre. Les symptômes peuvent se produire une seule fois ou, parce qu'ils viennent souvent et vont, les symptômes peuvent se produire à des moments différents. Les symptômes ont tendance à persister pendant de nombreuses années (maladie chronique).
Un rouge, une éruption cutanée qui ressemble à de l'urticaire (urticaire) est la découverte de marque associée au syndrome de Schnitzler. L'éruption distinctive se compose généralement de soulevées, des bosses rouges (papules) et plus plat, plus larges lésions (plaques). Dans la plupart des cas, une éruption cutanée est le premier symptôme à apparaître chez les personnes atteintes du syndrome de Schnitzler.L'éruption dure habituellement une journée à deux, puis disparaît sans laisser de cicatrices. Cependant, une nouvelle éruption cutanée se développe souvent chaque jour de sorte qu'une éruption est un phénomène constant. Toutefois, la fréquence de l'éruption peut varier grandement d'une personne à l'autre et certaines personnes ne développer une éruption cutanée quelques fois au cours de l'année.
Lorsque l'éruption se développe d'abord, il est généralement pas des démangeaisons (prurit). Toutefois, environ 45 pour cent des cas, l'éruption va devenir des démangeaisons dans quelques années. Le tronc, les bras et les jambes sont le plus souvent touchés. La tête, le cou, les paumes et les plantes sont généralement épargnés.Certaines personnes touchées ont signalé que l'alcool, les aliments épicés et le stress ont aggravé l'éruption.
Les fièvres qui vont et viennent sur une période de temps (, fièvres chroniques intermittentes) sont le deuxième symptôme le plus fréquent chez les personnes atteintes du syndrome de Schnitzler. La fréquence des fièvres varie considérablement, allant d'être un événement quotidien à seulement quelques fois par an. Les fièvres sont généralement sans rapport avec l'éruption cutanée, sont bien tolérés et sont rarement accompagnés de frissons.
D'autres symptômes associés au syndrome de Schnitzler comprennent la douleur osseuse, le plus souvent affectant les jambes et les hanches, et des douleurs articulaires, touchant le plus souvent les grosses articulations comme les hanches, les genoux, les poignets et les chevilles. Dans certains cas, l'inflammation des articulations (arthrite) peut se développer avec accompagnement gonflement, une rougeur et une sensation de chaleur ou de chaleur dans l'articulation. En dépit de l'atteinte articulaire, la dégénérescence des articulations ou la destruction n'a pas été signalée chez les personnes atteintes du syndrome de Schnitzler.
l'élargissement anormal des ganglions lymphatiques (lymphadénopathie), le foie (hépatomégalie) et la rate (splénomégalie) peut également se produire dans certains cas. Les symptômes non spécifiques supplémentaires qui ont été rapportés chez les personnes atteintes du syndrome de Schnitzler comprennent la perte involontaire de poids, la fatigue et un sentiment général de mauvaise santé (malaise). Le gonflement rapide en raison de l'accumulation de liquide juste sous la peau de surface (angioedème) peut compliquer le développement d'une éruption cutanée dans de rares cas.
La plupart des cas de syndrome de Schnitzler ont une évolution bénigne chronique.Toutefois, au cours d'une période de 10 ans, environ 15 pour cent des individus affectés ont développé un cancer, le cancer le plus souvent provoquée par la surproduction de globules blancs (troubles lymphoprolifératifs) tels que Waldenström.
Certaines personnes atteintes du syndrome de Schnitzler ont des niveaux élevés d'une protéine différente (voir la section Causes ci-dessous) que les personnes atteintes du syndrome de Schnitzler classique. Ces individus sont classés comme ayant une variante de syndrome de Schnitzler et ont des symptômes très semblables à un syndrome de Schnitzler classique.
Causes
La cause exacte du syndrome de Schnitzler est inconnue. Les chercheurs croient que des parties spécifiques du système immunitaire peuvent ne pas fonctionner correctement à terme provoque le syndrome de Schnitzler.
Les personnes atteintes de syndrome de Schnitzler ont également une observation clinique unique appelée gammapathie monoclonale IgM, dans lequel des anomalies affectant la production d'immunoglobulines aboutir à des taux élevés d'immunoglobulines M (IgM) dans le corps. Les immunoglobulines sont des protéines produites par certains globules blancs. Il existe cinq classes d'immunoglobulines connues sous le nom IgA, IgD, IgE, IgG et IgM. Les immunoglobulines jouent un rôle dans la défense du corps contre les substances ou micro-organismes étrangers en les détruisant ou en les enrobant de sorte qu'ils sont plus facilement détruites par les globules blancs.
Certains chercheurs pensent que les anticorps IgM accumulent dans la peau (épiderme), ce qui déclenche une réponse inflammatoire qui, à son tour, provoque l'éruption caractéristique associée au syndrome de Schnitzler. Au moment du diagnostic, les taux d'IgM ne peuvent être légèrement plus élevée et peuvent rester stables pendant des années.
Une forme de variante du syndrome de Schnitzler a été rapporté dans lequel les individus ont des niveaux d'IgM normaux, mais immunoglobulines élevée G (IgG) niveaux.
Les chercheurs croient également que les cytokines (protéines spécialisées sécrétées par certaines cellules du système immunitaire qui soit stimulent ou inhibent la fonction d'autres cellules du système immunitaire) peuvent aussi jouer un rôle dans le développement du syndrome de Schnitzler. Interleukine-1 (IL-1) une cytokine qui est connu pour médier la réponse cellulaire à l'inflammation est censée jouer un rôle important du développement du syndrome de Schnitzler. les résultats cliniques anormaux impliquant l'interleukine-1 ont été trouvés chez certaines personnes atteintes du syndrome de Schnitzler et de la thérapie avec des médicaments qui bloquent l'activité de l'interleukine-1 ont amené une rémission complète 
populations touchées
Le syndrome de Schnitzler affecte les hommes un peu plus souvent que les femmes.Cependant, seulement environ 160 cas de cette maladie rare ont été rapportés dans la littérature médicale de sorte qu'aucune conclusion définitive ne peut être faite sur les prédispositions ethniques ou de genre. En raison des symptômes et de la rareté du syndrome de Schnitzler variés, un diagnostic est généralement retardée de plusieurs années et les chercheurs croient que le trouble est sous-diagnostiquée, ce qui rend difficile de déterminer sa fréquence réelle dans la population générale. La plupart des personnes atteintes du syndrome de Schnitzler sont dans leurs années 50, quand les symptômes caractéristiques se développent.
Moins souvent, les symptômes ont été observés chez les individus dans leur 30s. Dans un cas signalé, les symptômes ont été identifiés chez un individu de 12 ans.
Le syndrome de Schnitzler a été décrite pour la première dans la littérature médicale en 1972, par un dermatologue français nommé Liliane Schnitzler. La plupart des cas signalés de syndrome de Schnitzler ont été de l'Europe, notamment en France, mais les cas de l'Australie, le Japon et les États-Unis ont été signalés aussi.
Troubles en relation
Les symptômes des troubles suivants peuvent être similaires à ceux du syndrome de Schnitzler. Les comparaisons peuvent être utiles pour un diagnostic différentiel.
Les syndromes auto-inflammatoires sont un groupe de troubles caractérisés par des épisodes récurrents d'inflammation due à une anomalie du système immunitaire inné.Les symptômes des syndromes comprennent souvent des fièvres périodiques, des éruptions cutanées, des douleurs abdominales, des douleurs articulaires, des douleurs osseuses et d'autres constatations caractéristiques associées à une inflammation chronique. Ces troubles comprennent les syndromes de cryoprin associée périodiques (syndrome auto-inflammatoire familial au froid, le syndrome CINCA et Muckle-Wells), le syndrome de hyperimmunoglobulinémie D (HIDS), la fièvre méditerranéenne familiale (FMF), TRAPS, et une carence en mévalonate kinase. 
Les troubles auto-immunitaires sont un groupe de troubles dans lesquels les anomalies affectant le système immunitaire adaptatif, qui est constitué de cellules et de protéines (anticorps) qui sont supposés pour protéger le corps contre l'infection. Ces anticorps attaquent par erreur les tissus sains et peuvent être appelés autoanticorps. Les symptômes communs à de nombreuses maladies auto-immunes comprennent des épisodes de fièvre, des éruptions cutanées, des douleurs abdominales, des douleurs articulaires et autres symptômes associés à une inflammation chronique répétées. Les maladies auto-immunes qui peuvent ressembler à un syndrome de Schnitzler comprennent acquis déficit en C1 inhibiteur, adulte-maladie de Still, le lupus érythémateux, vascularite urticarienne, urticaires idiopathisch de Chronisch 
Le syndrome de POEMS  est une maladie multisystémique extrêmement rare. POEMS est un acronyme qui signifie (P) olyneuropathy, maladie affectant beaucoup de nerfs; (O) rganomegaly, l'élargissement anormale d'un organe; (E) ndocrinoapthy, la maladie affectant certaines glandes productrices d'hormones qui aident à réguler le taux de croissance, le développement sexuel, et certaines fonctions métaboliques (système endocrinien); (M) gammapathie onoclonal ou protéines M; et (S) défauts de parenté. Les symptômes communs incluent une faiblesse progressive des nerfs dans les bras et les jambes, un foie anormalement élargie et / ou de la rate (hépatosplénomégalie), anormalement assombrissement de la peau (hyperpigmentation) et la croissance excessive de cheveux (hypertrichose). Les anomalies endocriniennes telles que l'insuffisance des ovaires et des testicules (gonades) pour fonctionner (insuffisance gonadique primaire) correctement et diabète sucré de type I peuvent être présents. anomalies endocriniennes spécifiques associées au syndrome de POEMS varient d'un cas à l'autre.Les autres caractéristiques importantes de la maladie comprennent l'enflure autour du nerf optique (papillaire), la rétention d'eau anormale, qui peut se produire dans les chevilles (œdème), la cavité abdominale (ascite), ou autour des poumons (les épanchements pleuraux), cicatrices douloureuses sur les os à rayons x (osteosclerose), et une numération plaquettaire élevée (un globule sanguin responsable de la coagulation). Le syndrome de POEMS est associé à un groupe de troubles connus sous le nom gammapathies monoclonales ou gammapathie monoclonale. Ces troubles se caractérisent la croissance incontrôlée d'un seul clone (monoclonal) des cellules plasmatiques, ce qui se traduit par l'accumulation anormale de protéines M (IgM) dans le sang. 
Waldenström (WMG) est un (indolent) maligne (cancéreuse) trouble à croissance lente du sang, étroitement lié au lymphome et caractérisé par la présence de anormalement grand nombre d'un type particulier de globules blancs appelée lymphocytes B. Étant donné que ces cellules accumulent dans le corps, des quantités excessives d'un anticorps connu comme un anticorps monoclonal immunoglobuline M (IgM) sont produites. Ceci amène le sang à devenir épaisse (hyperviscosité) et affecte la circulation du sang dans les petits vaisseaux sanguins, ce qui conduit à certains des symptômes de la maladie. L'accumulation de lymphocytes B dans la moelle osseuse peut inhiber la production de la moelle osseuse de nouvelles cellules sanguines (pancytopénie). Les personnes atteintes peuvent avoir de faibles niveaux de globules rouges (anémie), de globules blancs (leucopénie) et les plaquettes (thrombocytopénie). Par conséquent, les personnes touchées peuvent ressentir de la fatigue, pâleur, saignements de nez, et la susceptibilité à l'infection. Certaines personnes atteintes du syndrome de Schnitzler ont développé Waldenström plus tard dans la vie. La relation exacte entre ces deux troubles est pas entièrement comprise. La cause exacte de Waldenström est pas connue. 
Diagnostic
Un diagnostic de syndrome de Schnitzler est basée sur une évaluation approfondie clinique, une histoire détaillée du patient, l'exclusion d'autres troubles, et l'identification des résultats caractéristiques, en particulier une éruption urticarienne, une composante IgM et au moins deux des constatations suivantes - la fièvre, des douleurs articulaires ou l'inflammation, la douleur osseuse, les ganglions lymphatiques palpables, une hypertrophie du foie ou de la rate, un nombre élevé de globules blancs (leucocytose), de globules rouges (érythrocytes) la vitesse de sédimentation élevée ou des anomalies sur l'os étude morphologique, ce qui peut révéler une augmentation de la densité osseuse ( ostéosclérose).
La vitesse de sédimentation des mesures combien de temps il prend des globules rouges pour régler dans un tube à essai sur une période donnée. Beaucoup de personnes atteintes du syndrome de Schnitzler ont une vitesse de sédimentation élevée, ce qui est une indication de l'inflammation.
Chez les patients plus jeunes, une attention particulière devrait être accordée parce que le diagnostic de remplacement est beaucoup plus probable et souvent négligé - comme vascularite urticarienne ou de l'urticaire chronique idiopathique - qui a besoin d'une approche différente pour le traitement - si un diagnostic de syndrome de Schnitzler chez les patients plus jeunes ne devrait être prise après d'importants travaux sur l'exclusion d'autres diagnostics.
thérapies standard
Traitement
Le traitement de première intention dans les cas bénins est avec des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Mais cela ne suffit souvent pas.
Dans les cas plus graves, le traitement standard est une thérapie pour inhiber la cytokine IL-1. Les patients atteints du syndrome de Schnitzler sont traités avec succès avec l'anakinra, un antagoniste du récepteur de l'interleukine-1. Anakinra est un médicament qui bloque l'activité de l'interleukine-1, certains chercheurs pensent joue un rôle clé dans le développement du syndrome de Schnitzler. Il y a également eu une étude montrant l'efficacité de l'interleukine-1 anticorps bêta canakinumab.
Les régimes à haute dose de corticoïdes ont temporairement amélioré les symptômes dans certains cas, mais doivent généralement être arrêté en raison d'effets secondaires. Dans un petit pourcentage de cas, la colchicine (un médicament utilisé pour supprimer l'inflammation dans la goutte aiguë) et la dapsone se sont avérés efficaces dans le traitement de certaines personnes atteintes du syndrome de Schnitzler. Interleukin-6 est une cytokine qui peut être induite par l'interleukine-1 et, par conséquent, l'anti-interleukine-6 thérapie a été récemment essayé chez trois patients atteints du syndrome de Schnitzler, dans lequel il a été efficace.
Au moins trois personnes atteintes du syndrome de Schnitzler ont été traités avec succès avec la thalidomide, un médicament qui affecte la façon dont le système immunitaire fonctionne (médicaments immunomodulateurs). Le thalidomide induit une résolution complète de l'éruption et une amélioration spectaculaire des autres symptômes chez les trois personnes qui ont reçu le médicament en tant que traitement pour le syndrome de Schnitzler. Cependant, la thalidomide est souvent associée à des effets secondaires importants, y compris la douleur, l'engourdissement et une sensation de picotement dans les mains et les pieds (neuropathie périphérique). Deux des trois patients ont dû arrêter le traitement thalidomide en raison des effets secondaires. En outre, deux autres personnes atteintes du syndrome de Schnitzler n'a pas amélioré après le traitement avec la thalidomide. Plus de recherche est nécessaire pour déterminer la sécurité à long terme, l'efficacité et le rôle, le cas échéant, de la thalidomide dans le traitement des individus avec le syndrome de Schnitzler.
Une petite étude a examiné l'efficacité du médicament antibiotique, la péfloxacine, pour le traitement du syndrome de Schnitzler. Onze personnes touchées ont reçu péfloxacine, ce qui a provoqué une amélioration rapide et spectaculaire à la fois l'éruption et les symptômes systémiques associés à la maladie. Plus de recherche est nécessaire pour déterminer l'innocuité à long terme et l'efficacité de la péfloxacine dans le traitement des personnes atteintes du syndrome de Schnitzler.
Le syndrome de Schnitzler n'a aucune incidence sur la durée de vie dans la plupart des cas, mais nécessite un suivi périodique en raison du risque accru de développer un cancer.